Morhange : des dépenses qui interrogent

 

Morhange est une commune de 3500 habitants, elle est classée selon l’INSEE au 261ème rang des communes les plus pauvres de France.

Au cours des dernières années, la ville s’est engagée dans une politique de travaux et d’investissements très conséquents dont les chiffres peuvent légitimement interroger le contribuable notamment par rapport à la soutenabilité de ces dépenses. En effet, certaines subventions attendues ne sont pas arrivées et la commune a dû faire face comme tant d’autres, à une baisse des dotations de l’ordre de 614 000 euros.

Morhange a notamment investi dans les projets suivants :

 

  • 1,2 million € pour le Centre Médical Pasteur, inauguré en 2009

 

  • 3 millions € pour une seconde Maison de santé pluridisciplinaire qui devrait sortir de terre sous peu. La préoccupation première de l’opposition, n’est pas portée sur le coût financier mais plutôt sur la compromission du projet dû à la lenteur administrative.

 

  • 1 600 000 euros dont 300 000 € à la charge de la ville dans la réhabilitation de 2 bâtiments à la cité des Jardins, rebaptisé par l’opposition « la cité des adjoints ». En effet, la cession de 6 appartements, à plusieurs élus de la liste Jacques IDOUX ou à leurs proches, a soulevé la question du conflit d’intérêt lors d’un précédent conseil municipal. « C’est une bonne affaire pour la commune », dixit le Maire.

 

  • 1 million € dans la construction du square Weiler (sans compter le coût de l’installation des bornes wifi) dont les travaux sont toujours en cours.

 

  • 6 millions € pour un Hôtel-restaurant communal loué à très bas prix, entraînant ainsi un déficit annuel de plus de 300 000 € pour la municipalité

 

 

Cette gestion entre 2011 et 2016, a été préjudiciable aux habitants de Morhange puisqu’ils ont eu à supporter durant cette période une des plus fortes augmentations de la Moselle : soit +28,38% en taxe foncière et en cotisation foncière des entreprises.

—–> TOUS LES MOSELLANS ONT ÉGALEMENT LA POSSIBILITÉ DE CONNAITRE L’ESTIMATION DE L’ÉVOLUTION DE LA TAXE FONCIÈRE DE SA VILLE ENTRE 2011 ET 2016, EN CLIQUANT ICI

 

Rédacteur Le Petit Naborien

 

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *