COP 23-Valmont, ils n’ont toujours rien compris

 

En cette période de COP 23. Vous vous souvenez ce que c’est la COP ?

Une espèce de grande messe, qui réunit des parleurs, qui ont voyagé durant de longs mois, pour la préparer, allant de réunions en réunions, sur fond de destruction de la Terre, pour décider de la sauver.

En cette période de COP 23, mais surtout en cette période géologique appelée Antropocène, on marche sur la tête. Et qu’est-ce que ça fait, lorsqu’on marche sur la tête, à votre avis ? Ca ramollit le cerveau, ça empêche de réfléchir correctement et ça fait faire des aberrations.

L’une d’elles est en cours à Valmont en ce moment. On détruit des maisons en bon état, pour les remplacer par un supermarché discount. Qui a bien pu décider d’une chose pareille ? Qui a bien pu autoriser une chose pareille ? Peut-être qu’on peut voir le dossier en mairie ?

Un supermarché dont l’enseigne « tisse sa toile » écrit le journal « Les échos ». Aïe, vous la voyez « l’Araigne du Mordor » ?

A Sarre-Union, cette enseigne a fait pareil, détruit un supermarché en faillite, d’une autre marque, pour construire un nouveau supermarché, un grand truc gris et moche.

Cette enseigne vient aussi d’être épinglée(1) pour la façon dont elle fait « tripalliumer » ses salariés, et dont le conseil régional, le nôtre (c’est à dire les contribuables) finance les formations. C’est aussi cette enseigne qui a déjà remplacée 40000 hectares (5,5 terrains en mesure foot) de très bonne terre nourricière par la construction d’un entrepôt gigantesque à Montoy Flanville près de Metz, en en fermant un autre à Noisseville. C’est aussi le conseil général qui a aidé la comcom du pays de Pange a construire les routes et rond-point desservant cette gigantesque plate-forme « soft ».

Personne n’a mesuré l’impact environnemental, l’impact en émission de CO2, l’impact en création de nouveaux déchets, l’impact en utilisation d’énergie fossile de ces destructions-reconstructions ?

Est-ce qu’on vous a demandé votre avis, à vous autres contribuables ? Je ne crois pas. Vous n’êtes pas spécialistes, vous ne pouvez pas comprendre, écoliers de maternelle que vous êtes !

Par contre, là, où vous êtes quelque peu Responsables, c’est lorsque vous donnez votre argent à cette enseigne (ou à d’autres aussi), lorsque vous la choisissez pour faire vos courses. Plus, vous êtes nombreux, plus le phénomène s’accentue, et plus elle pourra se glorifier d’être la première enseigne de France. C’est vous qui l’avez fait grossir autant, alléchés depuis 20 ans par ses propositions d’articles, si peu chers, usant énormément de pétrole en venant de très loin parce qu’on exploite des salariés asiatiques payés une misère, que l’on retrouve déjà dans les trocanteries ou les déchetteries, et par sa nourriture sur-emballée discount, produite au mépris de toute éthique animalière et humaine.

C’est trop tard, les maisons sont détruites, les dommages sont faits. (2)

Qu’est ce qu’on peut faire ?

On peut arrêter de se laisser conduire dans toutes les impasses sombres et noires aux entrées lumineuses, où l’on nous propose d’aller. On peut fuir la publicité en tout genre. On peut reprendre notre libre-arbitre. On peut choisir la sobriété, on peut arrêter d’acheter des objets, on peut choisir la production bio et locale, et vous verrez que toutes ces enseignes fermeront ou changeront de politique. Vous verrez aussi que les emplois seront redistribués ailleurs(3). Le client est roi, non ? C’est en tout cas ce qu’on nous martèle en disant que c’est la demande des consommateurs.

Mais punaise, messieurs les élus en tout genre, messieurs les décideurs, messieurs les promoteurs, arrêtez vos aberrations ! Ou alors déguer-pissez très vite sur Mars ou ailleurs.

Nous savons défendre et protéger notre environnement, nous savons replanter des haies, nous savons cultiver des légumes, nous savons produire nous-mêmes notre énergie, nous savons composter naturellement nos déchets verts et nos fèces, nous savons décider entre citoyens, nous n’avons pas besoin de ce simulacre de démocratie, parfumé à l’odeur rance de malversations en tout genre.

Faisons un choix RÉFLÉCHI, remettons-nous sur nos pieds d’HUMAINS.

 

(K)assandre-novembre 2017

 

 

(2)Avant, les deux maisons, à gauche et à droite du café sont encore visibles. Elles sont réduites en poussière maintenant.

 

(3)A choisir entre le préparateur de commande-robotisé et le paysan, il n’y a pas photo, le deuxième, au moins a les pieds sur Terre, et son cerveau lui appartient.

 

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *