IL A OSÉ… !

 

Depuis le début du conflit, je me demandais quand il oserait mettre publiquement un gilet jaune ! Eh bien, ça y est, le Maire de Saint-Avold l’a fait. !

Républicain Lorrain du 30/11/2018

(Lien vers l’article)

Lui ! un des plus grands taxateurs de la région ! Lui ! parmi les plus grands profiteurs des deniers publics, il a osé afficher ostensiblement son prétendu « soutien » à la révolte, à condition qu’elle ne soit pas dirigée contre lui bien sûr.

Alors, je lui recommande plutôt d’écouter le mécontentement du personnel municipal, là, il aura de quoi s’occuper.

Les gilets jaunes que je respecte beaucoup (même si je ne suis pas d’accord avec toutes leurs revendications et l’ensemble de leur organisation), devraient grandement se méfier des individus de cette nature.

Chers amis gilets jaunes, vous refusez toute récupération politique, mais quelques-uns d’entre vous demandent à certains élus de vous soutenir. Il s’agit là d’une contradiction profonde, car derrière tout élu se cache un attachement politique, qu’on le veuille ou non !

Vous réfutez aussi tous les syndicats alors qu’ils sont au plus près de vos revendications, surtout pour la défense des plus démunis. Pourtant, regardez l’Histoire sociale de la France depuis le 18ème siècle, vous vous apercevrez que de tout temps, les progrès sociaux ont été gagnés quand les syndicats étaient puissants. Aujourd’hui, pour se faire entendre dans une action efficace, il faudrait bloquer l’économie française. D’après vous qui sont les mieux placés à même d’arrêter les usines, les raffineries, les ports, etc…

Alors, attendre quelque chose de certains élus populistes est utopique.

Le maire de Saint Avold vous demande de laisser tranquille le supermarché CORA, qui appartient à un groupe capitaliste très puissant, qui profite des largesses du système MACRON, celui-là même qui vide vos porte-monnaies.

En contrepartie, ce maire vous propose de venir manifester en ville, ce qui va à coup sûr impacter les petits commerçants du centre-ville, qui sont déjà en réelle difficulté.

Avec cet état d’esprit, la revitalisation du centre-ville est mal partie.

Eh oui, quand on veut bouffer à tous les râteliers, on se trouve toujours tôt ou tard confronté à d’indécentes contradictions.

 

Désiré

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *