De Carlos GHOSN……aux Gilets Jaunes !

 

C’était l’histoire d’un PDG de Renault et Nissan, qui encaissait déjà 15 millions d’euros annuels et qui cherchait encore une nouvelle source de revenus complémentaires.

Jamais rassasié, il a essayé de taper dans la caisse de la société holding « Renault Nissan BV » installée à Amsterdam. Seule l’obligation de publication de ces éventuels émoluments a fait reculer Carlos GHOSN et abandonner cette nouvelle source de revenus. On comprend mieux maintenant sa garde à  vue au Japon.

Néanmoins, quatre lieutenants de Carlos GHOSN, profitent du gâteau de cette société RN BV, avec à l’appui quelques millions d’euros par an.

Dans combien d’autres sociétés peut-on retrouver ce même scénario ? Combien de milliards cela représente-il ?

Ils n’en ont jamais assez !…de véritables prédateurs !…de véritables rapaces, qui ne laissent rien ou pas grand-chose à ceux là même qui créent les richesses.

Alors Monsieur Macron, Monsieur Le Maire, représentant de l’État, actionnaire de référence de Renault, en toute connaissance de cause, comment osez-vous encore culpabiliser les Gilets Jaunes, pour les quelques euros qu’ils revendiquent ?

Comment osez-vous encore montrer du doigt les demandeurs d’emploi en projetant de réduire encore leurs indemnités et en accentuant encore et toujours leur contrôle comme s’ils étaient des délinquants ? Alors que les véritables délinquants sont ailleurs.

Comment, dans la France d’aujourd’hui et dans cette Europe, alors que l’argent coule à flot pour certains, peut-on accepter que des enfants ne puissent prendre qu’un seul repas par jour, comment peut-on accepter que beaucoup trop de familles  survivent avec moins de 1000 euros par mois ? Alors qu’il en faudrait au moins 1900 pour pouvoir vivre décemment.

Je souhaiterais que les Gilets Jaunes tiennent encore le coup et que les organisations syndicales avec l’ensemble des salariés de notre pays, rentrent concrètement en action dans cette guerre des classes.

 

Désiré

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *