De bons gros tuyaux pour la mairie…

 

 

De temps à autre, il pleut ; parfois il pleut beaucoup
et Saint-Avold se trouve en partie inondée !
On a laissé ou fait construire un peu partout, au petit bonheur des promoteurs.
Cela a multiplié les surfaces imperméabilisées, où l’eau du ciel passe ou stagne.

On laisse construire un hôpital dans une cuvette surcreusée,
et on se retrouve avec un centre de balnéothérapie, non agréé !
L’eau du ciel s’obstine à s’écouler toujours vers le point le plus bas,
c’est embêtant quand elle s’accumule dans une commune

où la préférence va au champagne millésimé !
On a beaucoup cogité à « Energis » et au cabinet du maire,
et les triples buses qui y fanfaronnent et y pontifient ont trouvé :
y’a qu’à l’amener par gros tuyaux vers les grands trous dans la forêt,
où elle va s’infiltrer et s’évaporer fissa ;
y’a qu’à l’amener à la station d’épuration, même si en principe on peut pas ;

y’a qu’à passer par quatre terrains privés, dont les propriétaires un peu frustes,
un peu redevables, seront forcément d’accord avec nos « spécialistes ».

COMMENT CA ?, ils ne veulent pas de mignonnes petites tranchées
à travers leurs minables propriétés ?
JE VAIS PRENDRE DES ARRÊTÉS D’EXPULSION !
JE VAIS FAIRE APPEL A L’ARMÉE !
Mais, Monsieur le Maire, ce n’est pas possible, essayez d’être réaliste.
JE VAIS INTERDIRE LES GROSSES AVERSES PAR ARRÊTÉ MUNICIPAL D’URGENCE !
Ca me paraît … difficilement réalisable, Monsieur le Maire.
JE VAIS INTENTER UNE PROCÉDURE D’ENQUÊTE D’UTILITÉ PUBLIQUE !
C’est envisageable, Monsieur le Maire, mais il risque de pleuvoir fort avant
la fin de la procédure, qui n’est pas sûre d’aboutir.

Mais au fait, par où s’écoulait l’eau lors des forts orages d’antan ?
Tout simplement par un fossé naturel, comblé et inhumé sous la route du Gros-Hêtre actuelle.
Une connerie du passé ? Eh oui, une connerie !
Et une connerie passée se répare-t-elle par une seconde connerie plus actuelle ?
Peut-être conviendrait-il tout simplement d’exhumer le fossé d’antan afin de rendre à l’eau
l’accès à son cheminement naturel, canalisé à gabarit adéquat, mais en mêmes lieu et place.
Mais le coût des travaux à envisager ?
Qu’en est-il en parallèle du coût des dégâts occasionnés par les inondations prévisibles ?
Malgré son orgueil, sa fierté, ses moyens techniques, l’Homme demeure souvent soumis
aux caprices de la Nature qui a toujours raison.

Kamil

 

 

Partagez l'info !

Comments
  1. BOR

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *