Le Dit du Chevalier des Brumes d’Alcôve

 

Le Dit du Chevalier des Brumes d’Alcôve

Oyez ! Oyez ! bonnes gens
L’admirable épopée
Du fat prince régent
Au cœur d’un pays de nabots.
A l’aube d’une vaine croisade
Icelui en son caveau harangua
Frères d’armes, soutiers et porte-faix :
« Etes tous vaillants missi dominici,
Filez battre pavés et campagne,
Prêchez par monts et par vaux
En vue de notre plus grande gloire.
Lors vesprée de prime tournoi,
Ferez fi de vostres rivalités
De coquelets de basse-cour,
Rangerons sous noble mien étendard
Lopins de terre et troupeaux conquis.
Irons unis cul et chemise
Ainsi qu’à l’accoutumée
Mener bataille à front commun
Et terrasser sans coup férir
La grande peur bleu marine. »
Ainsi fut fait.
Et du levant au ponant
Maintes hordes firent allégeance
Telles sottes bandes d’innocents moutards.

Kamil

 

 

Partagez l'info !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *