Le vieux crocodile et le bébé requin

 

Voici la véritable et lamentable histoire de deux prédateurs vivant réellement, sévissant pour l’un dans l’Adélaïde River et la mer de Timor pour l’autre.

[Toute ressemblance avec des personnes existantes serait totalement fortuite et à la libre interprétation du lecteur…]
__________________

 

Il était une fois un crocodile assez vieux, vivant dans un grand fleuve aux berges luxuriantes, déjouant toute vie morale et normale chez les Alligatorés, dont les dents énormes continuaient impunément à pousser depuis de très longues années. Et il s’en servait impunément, puisant depuis plus de 18 ans dans la même réserve de vie, après avoir déjà laissé la précédente totalement exsangue.
Le vieux crocodile continuait allègrement à imposer sa loi par la force en s’empiffrant sans vergogne, faisant preuve d’une félonie inégalée, laissant néanmoins quelques privilégiés se goinfrer à ses côtés, s’assurant ainsi de confortables coussins de graisse pour l’avenir qu’il pressentait incertain.
Car le grand fleuve, las d’héberger un hôte aussi vorace au sourire maléfique, se mit à fabriquer remous et tourbillons pour le pousser vers le grand large et se débarrasser de ce prédateur qui ne respectait plus du tout les lois fondamentales de dame Nature.

Et pendant ce temps, tout au fond de la mer, était né un bébé requin, le plus précoce et féroce de la fratrie, au ventre déjà gros pour son jeune âge et aux dents très pointues…
Il rêvait de remonter le courant de ce grand fleuve aux berges si attirantes, qui charriait tant de restes de festins, les déversait dans la mer, le laissant imaginer toutes ces richesses à engloutir. L’appétit venant en rêvant, le sien fut rapidement encore plus gros que son ventre.

Il en fit part à ses frères, les entrainant avec lui à force de promesses, s’appuyant sur leur naïveté et crédulité, en leur faisant miroiter une vie faite de partages équitables. Leur présence à ses côtés lui était nécessaire pour affronter le courant, surfer sur la vague au début, les perdre sciemment en route, les sacrifiant en grande partie sur l’autel de son ambition dévorante. Pas question de s’encombrer de tous, seul lui importait sa réussite. Toutes les bassesses et trahisons allaient devenir les instruments de son plan machiavélique mûrement réfléchi, jusqu’à se renier, prêt à affronter des tempêtes pour toucher au but et se goinfrer à son tour. Il était devenu entre temps le pire squale de son espèce, un énorme requin bouledogue, réputé pour son cannibalisme allant jusqu’à consommer des individus de sa propre espèce.

Mais c’était sans compter sur la ruse légendaire du vieux crocodile s’agitant en tous sens, toujours à l’affut de ce rival aux dents encore plus longues que les siennes, fort capable d’attaquer plus grand que lui. Il savait parfaitement, ses combats précédents lui ayant servi d’expérience, qu’en pleine mer un requin distance facilement un crocodile à ses trousses, mais dans les fleuves il est sur le territoire du reptile. Il suffisait d’attendre…

En plein partage des eaux douces et de mer, la rencontre fut épique et sanguinaire, chacun décidé à dévorer l’autre à grands renforts de coups de queue et morsures terrifiantes, les deux monstres s’affrontaient sans relâche semant la terreur autour d’eux.

Alors le vieux crocodile, la rage au ventre et sûr de son choix, maîtrisant à la perfection le grand art de changer de plan pendant la bataille, lui proposa une alliance contre nature, en eaux troubles, sur son territoire. Ils scellèrent un accord tout en apparence, leur permettant d’unir leurs appétits démesurés et déjouer tous les pièges environnants.

Qui des deux restera ?

Seule l’histoire nous le dira, mais sans doute…aucun des deux n’en réchappera.

 

La Fontaine de Saint-Avold

Partagez l'info !

Comments
  1. Jean-Luc ALBRECH

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *