Politique : des primaires, pourquoi faire ?

titre-expression-1

C’est la mode ! Que ce soit à droite ou à gauche, on pense aux primaires pour choisir le/la candidat(e) que l’on espère idéal(e).

C’est l’exemple même du système où l’on conditionne les électeurs, pour les orienter vers la personne providentielle. Et cette personne providentielle, une fois élue, fera, en toute liberté, la politique qu’elle voudra. L’expérience que nous vivons aujourd’hui en est la triste réalité.

C’est-à-dire que l’on prend le problème complètement à l’envers. La logique voudrait tout d’abords que soit défini ensemble un programme politique, puis que l’on décide ensuite qui serait le mieux à même, pour impulser et défendre cette politique.

Avec l’organisation de primaires, telles que proposées aujourd’hui, revient à se moquer littéralement des électeurs, parce qu’elles ne servent qu’à satisfaire les ambitions personnelles de quelques individus.

Si l’on devait aujourd’hui organiser des primaires sur la base des différents programmes politiques, il faudrait qu’elles soient organisées communément parmi les membres du PS, des Républicains et du FN. En effet, ces partis, malgré quelques variantes non déterminantes, ont des politiques quasiment identiques, basées sur le libéralisme, qui tirent le social vers le bas. C’est le constat que tout le monde peut faire, parce que c’est que nous vivons depuis quelques décennies.

En effet, quand on attaque le Code du Travail, les retraites, la Sécurité Sociale et notre régime local, quand on réduit les services publics, quand on culpabilise les chômeurs et qu’en parallèle on donne des milliards au grand patronat….bien souvent pour réduire les effectifs, on peut alors s’appeler comme l’on veut, mais c’est bien une politique libérale qui est mise en place.

Roger CASANOVA

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *