Est-ce ainsi que les choses fonctionnent?

Comme nous vivons en démocratie républicaine, tout un chacun peut se préoccuper de ce qu’il advient de la dépense de l’argent public. S’il le désire et s’il s’y intéresse.

Les textes légaux sont là pour nous le garantir ; les strates institutionnelles aussi. En théorie, nous voilà à l’abri des débordements, des incapacités et des filouteries. Dés lors comment expliquer que lorsqu’on cherche à voir une facture qui se trouve inscrite dans les livres de comptes municipaux et qui est entre les mains de la trésorière des impôts (trésorière rétribuée pour la validation desdits comptes) celle-ci disparait et vit sa vie dans le flou complet ? Comment s’y retrouver dans l’étude de pré-faisabilité qui n’existe pas mais est commandée par la communauté de communes, (sur ?) facturée et déjà payée et qui précède l’appel d’offre ? Enfin, il semblerait mais il faut bien dire que pour noyer le poisson, on ne s’y prendrait pas autrement.

De fait, la gestion des finances publiques inquiète le petit Naborien !
Pourtant le petit contribuable naborien devrait être rassuré. Le Trésor public de par sa mission et son intégrité est normalement en charge de vérifier et de contrôler la régularité de la gestion financière des collectivités territoriales et des établissements publics des collectivités locales selon les règles de comptabilité publique. Mais rien y fait… L’opacité et la complexité des multiples opérations financières de la ville et de la communauté de communes ne font rien pour nous éclairer sur le bon usage des fonds publics et le respect des règles de bonne gestion.

Dutronc

Il n’est donc pas étonnant que le dicton « Quand c’est flou il y a un loup » redevient si populaire.
On pourrait penser que c’est volontairement que les informations diffusées sur ces affaires sont si floues, si parcimonieuses, si destructurées et si peu compréhensibles. Les contribuables en citoyens responsables ont le droit d’exiger toute la transparence en matière de comptes publics.

Trois exemples illustrent nos propos. 
Premier cas : le déroulement de la procédure pour l’attribution de la mission de réalisation de l’étude de préfaisabilité (*) qui concerne la centrale électrique EON d’Emile Huchet est des plus confuses. Une première étude de 74 000 € à déjà été livrée mais à la date d’aujourd’hui est-elle payée ? Le doute persiste.
Pourquoi un nouvel appel d’offre sur le même sujet alors qu’il n’y pas eu à notre connaissance d’appel d’offre pour la première étude ? Nous cherchons à comprendre. En l’absence d’information fiable toutes les suppositions sont envisageables, l’irrégularité comme l’illégalité.

Second cas : la recherche désespérée de la facture de « La grange de Condé », preuve des agapes gargantuesques en pleine campagne électorale de notre premier magistrat de la ville.
Impossible d’avoir accès à cette facture que nous réclamons depuis plusieurs mois. C’est une pièce administrative consultable par tout citoyen. Notre maire semble tout faire pour que nous ne puissions pas publier cette facture. Le trésor public semble également un peu perdu dans cette affaire puisqu’on nous affirme que la dite facture à quitté la trésorerie pour retourner à la CCPN. Nous tentons de vérifier tout ça. Nous savons au moins qu’elle existe même si notre tonitruant édile sur la défensive avait lancé : « Je n’ai jamais été à la grange de Condé » LPN a filmé cette réponse.

Troisième cas : l’imputation dans les comptes publics des frais de déplacement de notre maire qui cumule goulûment de multiples fonctions (Maire, président de la CCPN, Conseiller départemental, etc….) semble être une énigme réservée aux seuls initiés. Comment s’y retrouver dans ces frais de voiture, de carburant et de différents chauffeurs ? Nous aimerions avoir accès à l’information. Les experts du trésor public ne peuvent-il pas simplement nous renseigner ?

Ces échantillons ne représentent peut-être que la face émergée de l’iceberg. LPN suit ces dossiers et vous tiendra au courant des résultats de ses recherches. Il ne cautionnera jamais cette absence de transparence dans le domaine des finances publiques et il restera en alerte afin de dénoncer et d’expliquer si possible les agissements suspects qui impactent nos contributions fiscales. 
Carrizos  /  Rouletabille

(*) lire notre article concernant le sujet sur notre site.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *