Centrale thermique Émile Huchet Groupe 4LFC


Voilà un exemple typique d’une gestion déplorable d’un dossier pourtant important par le Président de la Communauté de Commune du Pays Naborien .
EH

En octobre 2014. Une étude de « pré-faisabilité ».
L’équipe dirigeante de la Communauté de Communes du Pays Naborien a voté à l’unanimité moins une abstention, une décision d’ « étude bidon » (la pré-faisabilité n’existe pas) en justifiant la chose par l’intermédiaire de son Président, André Wojciechowski : «Mais au moins ne reprochera-t-on pas aux élus de la CCPN de ne pas avoir tenté de sauver la tranche 4 d’Emile-Huchet…».
Voilà un alibi bien douteux pour justifier des dépenses de 90 000 € puis de 52 000 €, pour le financement d’une opération bien ambiguë et obscure.
Rien d’étonnant qu’à près d’un mois du renouvellement des conseillers communautaires, Monsieur
André Wojciechowski cherchait à enfumer les électeurs naboriens.

En février 2015.
Cette étude est fournie par CDF Ingénierie. Après la lecture de ce document, les doutes sur son utilité sont confirmés et on peut qualifier celui-ci de prestation superficielle et peu fiable en plus d’être excessivement onéreuse.
Nous n’y trouvons rien que nos élus puissent utiliser et qui justifie cette dépense. C’est bien la preuve qu’ils ne maîtrisent pas le sujet et qu’ils cherchent, via l’étude, à cacher leurs incompétences.

Etude de l’étude :
Pour résumer, c’est une compilation indigeste de rapports et de chiffres qui, plutôt que d’éclairer le commanditaire à tendance à l’embrouiller avec d’hypothétiques scénarii totalement déconnectés de la réalité et de l’évolution des événements.
– La position du propriétaire E.0.N est totalement absente de cette étude.
– Les objectifs de cette étude de pré-faisabilité tels qu’ils ont été énoncés lors de la prise de décision du conseil communautaire se révèlent être une liste de voeux pieux de nos politiques.
– La constitution du comité de pilotage et son apport ne sont pas mentionnés.
– la rédaction d’un cahier des charges sur l’objet de l’étude aurait permis d’en clarifier les limites mais elle en est absente..
– Un cabinet de conseil sérieux aurait demandé à préciser la mission et aurait proposé une démarche plus responsable et plus structurée.
– Les compétences requises pour traiter et piloter un projet de ce type sont de toute évidence totalement absentes à la CCPN.

Les questions des contribuables qui ont payé ladite « étude »
Nous attendons, à ce jour, du Président de la CCPN, des réponses aux questions que les citoyens du pays naborien sont en droit de se poser. Celles-ci sont :
– A la lecture de cette étude avez-vous obtenu les réponses à vos attentes et que comptez-vous en faire?
– Quels sont les scenarii que vous envisagez de promouvoir et sur quels critères ?
– Avec l’aide de cette étude combien d’emplois estimez-vous avoir préservés ou pu créer ? (rappelons que 142 000 € représentent près de 6 salariés au SMIC et ce, pendant un an).
– Au regard, de cette étude et de la démarche du propriétaire de fermer et de vendre, allez-vous continuer à dilapider l’argent public?
– Ne pensez-vous pas que cette dépense de 90 000 € puis de 52 000 € auraient pu être utilisée plus efficacement ?
– Envisagez-vous de reconnaître que vos initiatives et vos ingérences dans ce domaine sont contreproductives et pénalisent la communauté ?

La création d’activités et d’emplois est une chose sérieuse et complexe qui ne se décrète plus par décision du roi. En conclusion, il s’agit là d’une étude inutile, partielle, limitée et de toute évidence incomplète qui ne pourra apporter aucune réponse sérieuse à un problème réel très mal posé, voire pas posé du tout. Que penser des élus actuels qui cautionnent cette démarche ? Aucun responsable de projet industriel, en professionnel digne de ce nom, ne procéderait de manière aussi inconséquente. Les élus de la majorité en place osent en toute impunité, utiliser l’argent public dans l’irrespect total de leur devoir. 
Carrizos

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *