OUI, respectez vos électeurs !

 

(K)assandre, n’a pas voté pour eux. C’est donc en toute liberté qu’elle peut s’exprimer.

Feu Stéphane HESSEL disait « Nous devons être respectueux de la démocratie, mais quand quelque chose nous apparaît illégitime, même si c’est légal, il nous appartient de protester, de nous indigner et de désobéir. »1 . Cela s’appelle aussi la désobéissance civile, déjà prônée au XIXè siècle par H.D. Thoreau. « C’est le refus assumé et public de se soumettre à une loi, un règlement, une organisation ou un pouvoir jugé inique par ceux qui le contestent, tout en faisant de ce refus une arme de combat pacifique. »

Que nous reste-t-il à nous, citoyens ? La plume, la marche, le sitting, la manifestation, les barricades, pour montrer que nous en avons assez de ces élus, cupides, paternalistes, sans scrupules et donneurs de leçons. La loi fixe des indemnités maximum pour les élus. Quelques-uns, trop rares, conscients des tâches que leurs ont confiées les électeurs, se contentent d’un minimum, s’appliquant à eux-mêmes la morale qu’ils défendent.

Mais d’autres, et c’est la grande majorité, appliquent scrupuleusement la loi, alors même que la façon dont ils exercent leurs mandats d’élus pose question, de même que les diverses accointances qu’ils ont mis en place. Le copinage, le clientélisme, le profit à tout prix, c’est ce qui souvent les met en valeur. Dans le pays naborien en « synergie négative » avec le centre mosellan, on connaît cela. La représentation des élus est essentiellement mâle, « blanche » et « séniorisée ». Dotés déjà, de par leur profession antérieure, d’une solide pension de retraite, ils occupent des postes multiples, désignés en cela par leurs pairs et « amis » majoritaires lors des votes, qui leur permettent de s’auto-attribuer des indemnités maximales.

Le  tableau paru dans le Petit naborien est très clair. Il s’agit là d’indemnités de fonction, auxquelles se rajoutent les frais de bouche, les frais de déplacements, et autres remboursements divers. Aux mandats électoraux se rajoutent les indemnités en tant que membres de divers conseils d’administrations. Pour certains, si l’on suppose qu’ils exercent leurs tâches avec conscience, cela représente plusieurs équivalents temps plein, soit plus de 168 heures par semaine. Ils ne dorment plus, ils ne mangent plus, ils n’aiment plus, ils ne font qu’exercer leurs mandats.

Riez, braves gens, car c’est le rire qui convient dans ce cas. Élus plusieurs fois, membres de plusieurs conseils d’administration, ils veulent nous faire croire qu’ils font tout cela. Même Superman n’y arrive pas.

Alors qu’un grand nombre de nos concitoyens vit du salaire médian, voire minimum, que le gouvernement « moralisateur » va augmenter la C.S.G. des retraités, diminuer l’impôt sur la fortune, que les campagnes se meurent, victimes de l’urbanisation dévoreuse de terres et galopante voulue par ces mêmes élus, champions des ronds-points et des zones commerce-artisanales-industrielles, ces « certains » se croient tout permis. Vite avant l’effondrement, vite, il faut encore remplir ses poches. Tant pis pour les générations futures. « Lorsque l’homme blanc aura coupé le dernier arbre, (…) , il se rendra compte que l’or ne se mange pas ! » .

Ces mêmes « certains » ne savent pas que la gratuité existe, que le bénévolat existe, qu’en France, il y a plus de 800 000 bénévoles en équivalents temps plein, soit 12,5 millions (en 2013), qui donnent de leur temps, de leur énergie et même de leur argent pour les causes dans lesquelles ils s’engagent.

Allons-nous encore laisser faire, alors que nous avons été si peu à nous déplacer pour voter et que ce gouvernement n’est pas du tout représentatif de la France. Pensez donc, au 1er tour, seuls un peu plus de 8 millions de français ont opté pour la marche arrière, alors qu’il y avait plus de 11 millions d’abstentions, de blancs, et de nuls. La majorité des élus de la « Synergie négative » est en marche arrière, toujours les deux pieds au XXè siècle.

Ça ne va pas non ! Qui les paye, ces gens ? C’est nous.

Alors, qu’est-ce qu’on attend ?

 

 (K)assandre-juillet 2017

 

1 (Stéphane Hessel – 1917-2013 – entretien dans l’hebdomadaire « Politis » du 18 novembre 2010)

Comments
  1. maraé
    • Athea
  2. kassandre

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *