C’était l’histoire d’un PDG de Renault et Nissan, qui encaissait déjà 15 millions d’euros annuels